Théâtre

Le mensonge

"Le fil conducteur du travail d’Isabelle Luccioni se trouve là, dans les mots, dans l’amour du texte et de la parole, « une parole extrêmement fragile qu’il faut sauver. » "Le Mensonge" met en scène à la fois une parole militante, résistante, dédiée à Jean Moulin, et la trahison, la délation qu’a subie Nathalie Sarraute, avocate russe et juive, pendant la Seconde guerre mondiale. Pour faire écho à cette ambiguïté, "Le Mensonge" renverse sans cesse la parole dans le mouvement d’un jeu infernal, où personne ne sait qui a gagné."
Christelle Longequeue / Intra Muros - décembre 2001

"Dans une scénographie privilégiant la déréalisation de l’espace et le dérèglement de la perception, la mise en scène d’Isabelle Luccioni se propose elle-même comme un trompe-l’oeil, renvoyant ainsi au spectateur-voyeur le reflet de ses propres mirages."

"Le texte de Nathalie Sarraute est brillant, la mise en scène d’Isabelle Luccioni intelligente. (...) Subtilement, la lumière appuie et sert le discours. On sort de la salle heureux d’avoir approché ce texte. Coup de chapeau à Sacha Saille (Pierre) et à André le Hir (Edgar) qui tirent leur épingle du jeu"
O TOULOUSE / déc 2001

"(...) sous les apparences d’une traque quelque peu policière et "totalitaire" du non-dit se cachent, selon l’expression d’Isabelle Luccioni, une "célébration comique de la farce du quotidien", une comédie du lagage, électrisante et cathartique,où chaque mot agit comme une bombe à fragmentation, générant un tourbillon de miroirs dédoublés et déboussolés à l’infini."
TOULOUSE CULTURE / déc 2001