Théâtre

Cent vingt-trois

« Cent vingt-trois (123) » de Eddy Pallaro est le dernier spectacle monté par la
compagnie Oui Bizarre d’Isabelle Luccioni avec Adeline Belloc, Fabio
Ezchiele Sforzine et Jean-Yves Michaux.(...) A la suite d’un événement exceptionnel
Un deux et trois (les personnages de la pièce) « 123 », se retrouvent ensemble
dans un lieu inconnu… Après cet événement qui leur a fait perdre la
mémoire, ils ne savent plus qui ils sont, ni pourquoi ils sont là.

JPEG - 621.4 ko

Le texte se construit en boucle comme un éternel recommencement, porté par des personnages génériques qui sont avant tout des voix et des corps. « Tombés du ciel dans cet ailleurs inconnu, ils effectuent un road movie à l’intérieur de leur tête, la chambre de leur imagination, explique Isabelle Luccioni. Leurs voix avancent dans la nuit avec
une lampe à la main. Elles viennent vers nous à tâtons, dans le noir ». Dans la
mise en scène d’Isabelle Luccioni, la pièce se joue dans la pénombre « sotto
voce », dans une zone de clair-obscur où rien n’est clairement expliqué.
Pour ce metteur en scène, cette nuit, cet inconnu dans lequel les amnésiques ne sont plus eux-mêmes ; c’est la métaphore de la nuit théâtre, « la boite noire ». La scène où est recréé l’univers. Comme chez Shakespeare, Calderon ou Pirandello. Le plateau de théâtre est le lieu de dévoilement du mystère.
Qu’on ne se méprenne pas, cependant. Il y aussi de l’humour dans ce spectacle. Les adultes se mettent par moments à délirer comme des gamins. « Il y a des passages amusants dans l’esprit de Tati ou de Laurel et Hardy »…La dépêche / janvier 2013

Portfolio