Théâtre

Tout doit disparaître (c’est magnifique)

"Qu’elle soit comédienne dans « Dramuscules » de Thomas Bernhard ou metteur en scène, ici, avec « Tout doit disparaître », la créatrice toulousaine prend des risques. Elle se met en danger pour traduire au plus près, au plus juste, un sentiment, une pensée, une atmosphère.
Accueillie au Théâtre Garonne, elle présente jusqu’à la fin de la semaine un spectacle onirique et militant, rythmé par la parole de Jean-Charles Masséra, de Philippe Minyana et d’Olivier Cadiot. "
Jean-Luc Martinez / La dépêche / 2011

"Une manière de cabaret dérisoire entremêlant électro et disco, vidéo, danse et théâtre, et porté avec bonheur par trois comédiens engagés (Jean-Marie Champagne, Alexandre Trijoulet et Fabio Sforzini) qui ne lésinent pas dans la mise en chair de cette parole du désastre."
Jacques Olivier Badia / Direct Matin / janvier 2011

JPEG - 125.7 ko

"On pouvait s’attendre à un réquisitoire contre la société de consommation et on découvre en fait un discours réflexif et métaphysique qui s’interroge sur son propre sens. Ou plutôt sur son absence de sens. Quant au dispositif mis en place, il est à la mesure de son sujet.(...) Des vidéos, projetées sur une tour de carton ou sur le pan intérieur d’un long manteau (...) offrent un fil fragile sur lequel les personnages s’avancent de manière hasardeuse, comme des funambules à qui l’on auarit bandé les yeux. Mais les comédiens ne trébuchent pas. A aucun moment, ils ne bradent leur plaisir."
Nicolas Belaubre / Les trois coups / janvier 2011